Voyager et étudier Voyager et travailler

Etudier et travailler à l’étranger : le parcours de Maud

Maud est une jeune femme avec un parcours inspirant. Elle a voyagé, étudié et travaillé à l’étranger. Maud nous raconte son aventure dans cet article.

Tu cherches à organiser ton départ à l’étranger, tu souhaites lire des témoignages pour t’inspirer et choisir l’aventure qui te correspond, consulte cette page : préparer son voyage.

Etudier et travailler à l'étranger
La chute Montmorency, ville de Québec

Bonjour tout le monde.

Je suis Maud, j’ai 25 ans et je suis originaire de Wattignies une ville près de Lille dans la région des Hauts-de-France. Après l’obtention de mon Bac en 2013, je suis partie à Dunkerque faire mes études dans le commerce et je me suis spécialisée par la suite dans le commerce international. Durant mes 5 années d’études, j’ai eu l’opportunité de partir trois fois à l’étranger en Irlande (2015) et au Canada (2017) & (2018). Une fois mes études terminées, j’ai décidé de repartir deux fois à Prague pour une expérience professionnelle avec mon conjoint en 2020.

4 mobilités internationales pour Maud

Etudier en Irlande

Tout a commencé après l’obtention de mon DUT en 2015 où j’ai eu la possibilité de faire un DUCTI (Diplôme Universitaire Cultures et Technologiques Internationales) à Carlow une ville Irlandaise à 1h30 de Dublin. Le DUCTI m’a permis d’aller à l’Institute of Technology de Carlow et de suivre des cours de commerce international durant 9 mois dans le cadre du programme Erasmus+. Il est important de savoir que le DUCTI est un double-diplôme car j’ai obtenu également la licence LEA et aujourd’hui le DUCTI est devenu DUETI (Diplôme d’Université d’Etudes Technologiques Internationales.)

Effectuer un échange universitaire et un stage au Quebec

A la suite de cette première mobilité, en 2017 je suis repartie 4 mois durant mon deuxième semestre de master à Chicoutimi au Québec dans le cadre du programme d’échanges CREPUQ (Convention des Recteurs et Présidents d’Universités du Québec.) L’IT Carlow et l’UQAC (Université du Québec à Chicoutimi) étaient des universités partenaires de mon université en France. Ensuite j’ai décidé de faire mon stage de fin d’études en 2018 sur l’Ile d’Orléans au Québec durant 4 mois. Ce stage ne faisait partie d’aucun programme mais je l’ai trouvé grâce au Club Teli.

Etudier au Quebec
Québec city

Travailler en République Tchèque

Enfin, en janvier 2020 avec mon conjoint nous avons pris la décision de partir dans le cadre d’Erasmus+ professionnel à Prague pour une durée de 4 mois. Malheureusement avec le COVID nous avons été rapatriés mi-mars mais nous avons pu repartir 3 mois en septembre 2020 grâce à la structure Léo Lagrange.

Travailler à Prague
Prague

Son choix de l'étranger

Depuis toute petite, j’ai eu la chance de voyager avec mes parents en France et parfois à l’international. Lorsque j’ai eu ces opportunités de partir à l’étranger, je n’ai pas hésité car je savais que ça allait m’apporter énormément.

Je voulais découvrir de nouvelles cultures, rencontrer des personnes du monde entier, voir des paysages magnifiques et apprendre une nouvelle langue. J’étais aussi curieuse de voir le système éducatif au sein des universités étrangères et de pouvoir apprendre de nouvelles choses.

A travers ces différentes mobilités, je souhaitais prouver à moi-même que je pouvais vivre dans un autre pays, et m’adapter à de nouvelles situations de la vie de tous les jours. On peut même dire que ma passion pour les voyages et le fait de sortir de sa zone de confort m’ont poussé à vivre ces fabuleuses expériences.    

Etudier à l'étranger
Chicoutimi, Quebec

Préparer son départ à l'étranger

Récolter les bonnes informations

Pour tous mes projets de départ à l’étranger, je m’y suis prise à l’avance environ 4 mois avant de partir pour bien tout préparer. Je faisais des check-list des papiers importants et les choses à prendre dans mes bagages. On peut trouver de bons conseils sur le site des jeunes à l’étranger pour bien préparer une mobilité. Pour moi, il est préférable de s’y prendre assez à l’avance pour ne rien oublier et éviter de stresser.

Avant de partir dans un pays, je prenais des renseignements sur sa situation grâce aux fiches du site France diplomatie et je n’oubliais pas de m’inscrire sur Ariane qui se trouve sur le même site afin d’être informée des nouveautés du pays où j’étais.

Les démarches administratives

Pour les papiers administratifs, cela peu changer si c’est un pays européen ou international. Quand je suis partie en Irlande et en République-Tchèque, le plus important pour moi était de signaler à ma banque que je partais, de demander ma carte européenne d’assurance maladie sur mon compte Ameli, de faire un check-up santé, d’organiser le logement et le transport.

Pour le Canada, j’ai dû en plus voir avec ma banque pour le changement d’argent, avoir un passeport avec une autorisation de voyage électronique (AVE), voir avec la CPAM pour l’assurance santé, penser à prendre assez de médicaments et un adaptateur. Je conseille également de faire la demande d’une carte d’étudiant internationale ISIC  pour profiter de réductions et d’avantages dans le monde entier. Si j’ai des conseils à donner pour bien préparer une mobilité, il faut savoir s’organiser, rester patient et bien anticiper.

Un accompagnement au départ

Durant mes études, j’ai été très bien accompagnée par le service des relations internationales de mon université. J’ai préparé ma candidature. Puis, j’ai pu choisir entre les différentes universités partenaires et j’ai bénéficié d’aides financières pour mes deux premières mobilités.

Pour les mobilités d’études, il existe plusieurs bourses : Erasmus+ gérée par les relations internationales, AMI (Aide étudiante à la mobilité internationale) pour les boursiers du CROUS et une bourse Mermoz anciennement Blériot du conseil régional des Hauts-de-France à demander sur la plate-forme Scribe. 

Quand j’étais en Irlande et au Canada, j’ai pu avoir des aides financières selon la durée de la mobilité et le niveau de vie du pays. Le service des relations internationales peut également nous aider dans la recherche d’un logement et l’organisation des transports.

Ensuite pour mes deux dernières mobilités, j’ai été accompagnée par la structure Léo Lagrange qui a géré, le transport, le logement, les cours de langues et l’ensemble des frais administratifs. Avec Léo Lagrange, il y a un accompagnement avant, pendant et après la mobilité, ce qui peut être rassurant pour une première mobilité.

Si tu rentres de voyage, tu peux télécharger le livret gratuit du retour en France et de la recherche d’emploi.

L'Irlande comme choix n°1 d'expatriation

En y réfléchissant bien, je dirais que mon pays d’expatriation préféré est l’Irlande. C’était ma première mobilité, la plus longue et là où j’ai eu le temps de faire beaucoup de choses. Les irlandais sont des personnes accueillantes, souriantes et toujours prêtes à aider. Durant cette mobilité, j’ai pu rencontrer de nombreuses personnes de différents pays, j’ai vu des paysages magnifiques et j’ai de nombreux souvenirs grâce à mes expériences dans ce pays. L’Irlande offre des paysages inoubliables avec des habitants sincères néanmoins le bon temps n’est pas toujours présent et le niveau de vie est assez élevé.

Etudier en Irlande
Cliffs of Moher

Les bonnes adresses

J’ai sélectionné trois bonnes adresses à visiter pour chaque pays et trois spécialités à tester. 

En Irlande

Tout d’abord en Irlande, la ville de Dublin avec la St-Patrick est un événement à vivre pour son ambiance, les lacs du Connemara pour sa nature et la ville de Kilkenny avec son château. Pour les plats, je vous conseille les scones qui sont des pâtisseries, le fameux fish & chips et le cidre irlandais qui est très bon.

Etudier en Irlande
Glendalough (Irlande)

Au Canada

Ensuite pour le Québec, la ville de Québec avec la Chute Montmorency, le Mont Royal à Montréal et également le Fjord-du-Saguenay. Pour les spécialités, je vous conseille de goûter la fameuse poutine soit à la Banquise (Montréal) ou Poutineville à Québec ville. Pour les gourmands, vous pouvez tester la crème molle (une glace) et la queue de castor. Si vous allez au Canada l’hiver, il y a de nombreuses activités à faire comme la motoneige, les raquettes, le ski, le chien de traineau et le spa nordique.

En République Tchéque

Enfin, concernant la République tchèque, la ville de Prague est inoubliable avec son Zoo, la ville de Brno et Karlovy Vary valent également le coup. Pour la ville de Prague, les parcs et les musées comme celui sur l’histoire de la ville est à visiter ou bien le musée des techniques. Au sujet de la gastronomie, le goulasch est le plat local à tester, la bière également et les trdelníks pour le côté sucré.

De plus à Prague, il y a de nombreux restaurants pour les végétariens ou végans comme le restaurant Maitrea que je vous conseille.

Des expériences de vie à l'étranger positives

Je retire énormément de choses positives de mes expériences à l’étranger. Elles m’ont permises d’avoir plus confiance en moi, d’être autonome, de savoir m’adapter à des situations inattendues et d’avoir une plus grande ouverture d’esprit. J’ai pu également améliorer mon anglais, découvrir des cultures différentes et prouver à moi-même que j’étais capable de le faire. Enfin, elles m’ont aussi apporté des compétences professionnelles, ce qui est une vraie plus-value pour me différencier des autres sur mon CV.  

Les conseils de Maud à ceux qui n'osent pas se lancer

Si je devais donner trois conseils pour se lancer dans une mobilité :

Tout d’abord, saisissez les opportunités qui se présentent à vous car parfois elles ne pourront pas se représenter une deuxième fois. Ensuite, n’écoutez pas les autres qui vous diront que c’est une mauvaise idée de partir car ce sont parfois des jaloux qui ont peur de se lancer. Et enfin, n’ayez pas peur de vous lancer car la découverte d’un autre pays est une leçon de vie sur le plan personnel et également professionnel alors « Let’s go and no regrets ! »  

Pour découvrir en photo tous les endroits de mes mobilités, vous pouvez vous rendre sur mon Instagram maud_bb et si vous avez des questions n’hésitez pas à me contacter via Facebook.

Article et photos : Maud

Le retour de mobilité

Le retour en France après une période de mobilité internationale n’est pas toujours un moment facile à vivre. il faut être patient et prendre le temps de se ré adapter à son environnement français.

Le retour en France ne se vit plus en solo, viens échanger avec une communauté d’entraide en toute bienveillance.

Consulte le partage d’offres d’emploi sur Linkedin de Voyage, emploi et retour en France pour booster ta recherche d’emploi.

Etudier et travailler à l'étranger

Maud, serial traveler nous partage ses aventures sur instagram : maud_bb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *