Voyager et travailler

Une nouvelle vie professionnelle en expatriation : le parcours de Joanna

Une expatriation peut être synonyme d’une nouvelle vie professionnelle. C’est le cas de Joanna qui a changé d’orientation professionnelle lors de son installation au Toronto.

Elle nous raconte dans cet article comment elle a cheminé vers cette nouvelle vie au Canada mais aussi comment elle en est arrivée à changer de métier lors de cette experience de vie à l’étranger.

Une nouvelle vie professionnelle au Canada pour Joanna

Je m’appelle Joanna, j’ai 41 ans, j’ai deux enfants de 7 et 9 ans et je suis Franco-Brésilienne. J’ai vécu toute ma vie à Paris mais je voyageais régulièrement au Brésil pour voir la famille de ma mère. Cette double nationalité m’a donné une double culture assez forte et une envie de voyage dès le plus jeune âge.

Depuis 6 ans déjà, je vis à Toronto au Canada avec mon mari et mes deux enfants. Je suis consultante en relocation et j’ai depuis peu 3 nationalités car je suis également canadienne.

Une vie professionnelle en France dans l'informatique

A Paris, j’étais Chef de Projet informatique dans une société de services en informatique. J’avais des projets qui m’amenais un peu partout à Paris ou en banlieue. J’aimais beaucoup mon métier. Mes projets étaient très intéressants et tous différents. Je travaillais avec des personnes sur site et basées en province, je ne m’ennuyais pas.

Côté personnel, comme beaucoup de parents parisiens, nous courions beaucoup après le temps. J’avais un temps de transport assez important pour aller travailler alors je courais pour déposer mes filles à la garderie et à l’école et arriver au travail à l’heure. Le soir, c’était la même histoire, une course effrénée jusqu’au couché des enfants. Les week-ends étaient toujours bien remplis. Nous avions toujours quelque chose de planifié avec les copains et la famille.

Les semaines passaient tellement vite, c’était une vie à 100 à l’heure.

Un projet d'expatriation au Canada

Avant les enfants déjà, nous savions que nous partirions. Et avec deux enfants petits, cela s’est encore plus fait ressentir. Nous nous sommes projetés ailleurs, en province d’abord puis à l’étranger pourquoi pas.

Un jour mon mari est rentré du travail et m’a dit que son entreprise souhaitait s’implanter au Canada. Il m’a regardé avec des étoiles dans les yeux, comme un enfant qui a vu un jouet dans une vitrine d’un magasin. Le Canada n’était pas vraiment le pays dont je rêvais. Je pensais plutôt à un pays chaud, en Amérique du Sud par exemple mais nous voulions partir alors je lui ai dit de tenter sa chance et en moins de 6 mois nous arrivions à Toronto.

Une nouvelle vie au Canada

Mon mari est arrivé 1 mois avant nous. Il s’est occupé de déblayer le terrain avec une consultante en relocation qu’il avait trouvé au préalable. Il a ouvert un compte en banque, inscrit notre ainée à l’école et trouvé notre maison.

Lorsque je suis arrivée avec mes filles, cela paraissait assez simple. Nous n’avions qu’à déballer nos cartons et terminer l’installation de nos affaires. Nous étions chez nous.

Mais les premiers mois ne sont pas si faciles. Il faut trouver ses repères et ce n’est pas facile. La crèche coûtait une fortune et nous ne l’avions pas prévu. Je passais mes journées avec ma fille d’un an, dans une ville totalement inconnue, 100% anglophone, et je n’étais pas à l’aise en anglais. Ce n‘était pas tout à fait l’idée que je m’étais faite de notre expatriation. A vrai dire, je ne sais pas à quoi je m’attendais réellement. Je me sentais assez seule et perdue.

Heureusement, j’ai assez vite fait de belles rencontres qui m’ont rassuré sur les sentiments que j’éprouvais et qui m’ont appris à prendre le temps. J’ai réappris à vivre, à profiter de mes enfants, à découvrir la ville et ses atouts.

Une nouvelle vie professionnelle au Canada

Une nouvelle vie professionnelle en expatriation au Canada pour Joanna

Lorsque ma fille a pu démarrer la crèche, je me suis occupée de moi. Que voulais-je faire ? D’un seul coup, avoir le choix et une multitude de possibilités fait un peu peur.

J’ai d’abord démarré un site web pour promouvoir la culture à Toronto mais je n’ai pas su (par manque de confiance en moi) développer entièrement l’idée.

Je me suis alors dit que travailler pour une société serait sûrement plus facile pour moi.

J’ai alors démarré des entretiens dans mon domaine d’expertise, Chef de Projet, mais aucun n’a abouti. Ce n’est que plus tard que j’ai su, qu’il faut souvent repartir de plus bas et que l’expérience française ne compte pas ici, il faut faire du bénévolat pour gagner en expérience canadienne.

J’ai fait quelques missions de bénévolat et, grâce à mon réseau, obtenu un contrat de technicienne informatique dans une société francophone. En quelques semaines, ce poste s’est transformé en un contrat de Chef de Projet.

A la fin de mon contrat, j’étais plutôt convaincue que je voulais être à mon compte. J’avais envie de plus de liberté, de pouvoir aller chercher mes enfants à l’école et de redécouvrir les sentiments de liberté que j’avais eu les premiers mois à notre arrivée ici.

J’ai eu l’opportunité, avec une agence Montréalaise, de démarrer l’activité de relocation à Toronto. J’étais consultante indépendante, parfait. J’étais là pour aider les nouveaux expatriés, qui comme moi, quelques années auparavant, débarquaient dans une nouvelle vie. Je me suis sentie enfin à ma place, épanouie.

L’activité a nettement diminué avec le Covid, j’ai alors développé mon activité avec un blog et un site web. Le blog, j’y pensais depuis longtemps déjà mais je n’avais jamais trouvé le temps. Je voulais écrire les informations que j’aurais aimé trouver en arrivant et maintenant, il est là, et il aide de nombreux parents qui viennent vivre cette expérience d’expatriation. Certains, deviennent des clients et d’autres pas mais je sais qu’il est utile.

Fière de cette nouvelle aventure au Canada

Je suis très heureuse que nous ayons tenté cette aventure d’expatriation et d’avoir laissé un temps à ma carrière. L’expatriation est un grand chamboulement. Cette expérience m’a rendu plus forte que jamais et m’a permis de grandir pour trouver ma voie. Je sais qui je suis et je sais que ce métier me correspond parfaitement aujourd’hui.

Mon conseil si tu veux changer de vie professionnelle

Lancez-vous ! Trompez-vous et apprenez de vos erreurs. Je pense que le plus important est d’avancer pour ne pas avoir, un jour, de regret.

Je m’enrichis au travers de toutes mes expériences et j’apprends tous les jours beaucoup. J’ai des doutes car l’entreprenariat n’est pas tout rose mais je suis fière de ce que j’ai déjà accompli.

Je pense qu’il est plus facile de se réinventer lorsque l’on change de pays, personne ne nous connaît alors nous n’avons rien à perdre 😉

En découvrir davantage sur Joanna et sur son activité professionnelle au Canada

Vous pouvez me contacter par email à joanna.guillaume@simplerelocate.com ou sur les réseaux :

Vous pouvez consulter mon blog ou mon site web pour connaitre nos services de relocation à www.simplerelocate.com

Si le retour en France approche ...

Rejoins la communauté de Voyage, emploi & retour en France pour des conseils au quotidien sur les réseaux sociaux (sous le nom de Voyage, emploi & retour en France) de ta prise de décision de revenir en France à ton passage à l’action !

Découvre toute l’actualité de Voyage, emploi & retour en France en cliquant sur ce lien.

Une nouvelle vie professionnelle en expatriation au Canada pour Joanna

Joanna vous accompagne dans votre installation et votre recherche de logement à Toronto.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.