Voyager et travailler

Interview de Jade, volontaire auprès des Femmes Népalaises à Pokhara

Jade nous livre son choix de partir à l’étranger pour vivre une expérience en tant que volontaire au Népal pour permettre aux femmes d’apprendre l’anglais. Elle nous raconte son aventure et nous donne ses conseils.

Namaste ! Moi c’est Jade, j’ai 26 ans et j’ai décidé de partir en voyage pour une durée indéterminée depuis août 2019. En France, je travaillais dans le transport aérien et maritime de marchandises, à l’aéroport de Lyon St Exupery.

J’ai toujours eu au fond de moi ce rêve de tout quitter pour partir à l’aventure. Il m’a fallu quelques années pour me sentir fin prête à vivre pleinement cette expérience. Et je ne regrette pas !

Devenir volontaire au Népal

J’aimerais vous parler de mon aventure en tant que volontaire au Népal, à Pokhara. Cette expérience a été le point central de mon voyage. Le reste de mon aventure s’est construit autour de celle-ci. J’y suis partie 3 mois, et mon premier mois a été consacré à une expérience de volontariat pour l’aide à l’émancipation des femmes Népalaises : « Women empowerment ».

Comment se préparer pour vivre une telle expérience ?

L’organisation administrative de cette aventure

J’ai commencé par chercher une organisation qui me paraissait intéressante. Je souhaitais un encadrement (en tant que premier voyage, j’avais besoin d’être rassurée) mais sans tomber dans du « volontourisme ».

J’ai trouvé cette organisation non gouvernementale GVI, qui proposait cette mission de volontariat au Népal. Ça m’a tout de suite interpellée. Je n’avais jamais pensé à visiter ce pays avant, mais cette mission m’a prise au cœur alors j’ai foncé. Et heureusement !

Internet à été mon meilleur ami pour préparer ce voyage. On y trouve tout ce dont on a besoin comme informations : sites web, groupes Facebook… c’est la caverne d’Ali Baba !

Je me suis donc renseignée via les avis des internautes pour savoir si cette organisation était vraiment sérieuse. J’ai aussi contacté des personnes y ayant déjà participé pour avoir leur avis.

Les délais avant le départ au Népal

En ce qui concerne les différents délais, j’ai surtout agi en fonction de mes impératifs en France (ma démission, le budget économisé, l’organisation avec mon copain) et la saison des moussons au Népal ! Je m’y suis prise très en avance, environ 9 mois, car je suis quelqu’un qui aime planifier. Mais honnêtement, on peut très bien s’y prendre seulement quelques mois à l’avance. 

Le visa pour le Népal

Il faut savoir que pour entrer sur le territoire Népalais, en tant que français nous avons besoin d’un visa. J’ai fait le mien à l’entrée du territoire, à l’aéroport. Tu peux te munir d’une photo d’identité, de monnaie en cash en Euros ou en Dollars US (le visa est payant, le tarif varie en fonction de la durée de ton séjour dans le pays). Si tu projettes de te rendre prochainement au Népal pense à vérifier ces informations avant ton départ ! 

Les vaccins

Concernant les vaccins, tout dépend lesquels vous souhaitez faire ou non, c’est un peu propre à chacun (aucun n’est obligatoire). Sachant que je restais 3 mois dans ce pays j’ai préféré faire tous les vaccins recommandés, impliquant pour certains 1 mois entre chaque injection. Il m’a donc fallu prévoir 1 mois et demi environ pour être OK à ce niveau. Pour cela, vous pouvez vous rendre dans un centre de vaccination internationale.

Une assurance

Pour ce qui est de l’assurance voyage en tant que volontaire, j’ai choisi Chapka assurance : un clic sur le site et c’est fait ! Il existe différents packs d’assurances en fonction du type de voyage mais aussi de la durée. Pour les voyages de plus de 3 mois ou les voyages plus courts.

Les billets d’avion

Concernant la mise en relation avec l’organisme, j’ai « réservé ma place » 8 mois à l’avance, mais encore une fois, parce que j’aime planifier en avance. Attendre la dernière minute, c’est aussi prendre le risque que l’équipe soit déjà au complet. Et enfin, pour les billets d’avion. Chacun sa stratégie ! Certains préfèrent réserver last minute, d’autres prônent le « plus tôt c’est le mieux ». Je suis partie d’Indonésie donc je ne peux pas vraiment parler du budget depuis la France.

Donc pour résumer, en ce qui concerne les délais à prévoir pour partir au Népal, je dirais que 3 mois suffisent en englobant les vaccins, le sac à préparer, le visa, le passeport, l’assurance voyage… Tout dépend aussi des impératifs en France si vous en avez (un emploi, un appartement…).

Cependant, j’étais heureuse d’avoir une préparation mentale plus longue, et prendre le temps de me renseigner sur toutes les assurances, les organisations, les vaccins etc…Mais ça, c’est propre à chacun 😊

Le budget pour un séjour en tant que volontaire au Népal

Concernant le budget volontariat, j’ai payé la somme de 1000 euros pour un mois de volontariat. Cette somme incluait l’hébergement la nourriture et le matériel.

Je tiens à préciser que l’on n’est pas forcé de payer pour faire du volontariat. Il faut même faire attention car beaucoup d’organismes demandant de l’argent ne sont pas sérieux. J’ai fait ce choix car cet organisme était sûr et que j’avais envie d’être encadrée, ce qui était le cas. A chacun de choisir la forme de volontariat qui lui convient !

En ce qui concerne mon budget « Népal », hors mon expérience en volontariat, j’ai vécu avec en moyenne de 20 euros/jour tout inclus. J’ai voyagé en mode « petit budget backpacker ». J’ai dormi en dortoir en auberge de jeunesse. J’ai pris le bus et non l’avion. Mais en me faisant plaisir quand même : certaines nuits je me prenais une chambre pour moi toute seule, le luxe ! (environ 10/ 15 euros la nuit), et j’allais souvent prendre un café et un bout de petit gâteau en terrasse. 😉

Petit plus qui m’a beaucoup aidé dans l’organisation et la préparation de mon voyage :

 

J’ai tenu un tableau « administratif et budget » avec toutes les tâches administratives à faire, ainsi que celles à prévoir. J’avais estimé un budget journalier de mes dépenses (nourriture, matériel, hébergements, sorties…) pour avoir un idée de mon budget global nécessaire à cette aventure. Ces tableaux m’ont beaucoup aidé à ne pas me sentir perdue et à bien anticiper les besoins.

Comment s’est déroulée cette aventure ?

Cette aventure en tant que volontaire au Népal  s’est déroulée encore mieux que ce que j’attendais. J’ai rencontré des personnes formidables, j’ai appris à m’ouvrir au monde et je me suis découverte.

Au début, j’étais stressée de ne pas être à la hauteur de la mission, à savoir apprendre les bases d’anglais aux femmes Népalaises pour leur émancipation. En tant que petite française, je n’avais pas confiance en mon niveau et ça n’a pas toujours été facile. Mais j’ai été très bien accompagnée par ma référente de mission et ça a été une expérience incroyable.

Un de mes moments inoubliables… lorsque j’ai appris que Nilam, la dame à qui j’apprenais l’anglais, a pu obtenir son visa pour travailler grâce aux cours d’anglais !

Peux-tu nous décrire une journée type de ton volontariat ?

Vie quotidienne en tant que volontaire

Le matin, on déjeunait tous ensemble à 8h00. Moment très convivial pour bien démarrer la journée. ☺️ Nous n’avions pas tous les mêmes missions. Certains volontaires avaient pour objectif de construire des toilettes pour une école, d’autres travaillaient avec des enfants…

Je partais donc avec mon groupe consacré aux femmes Népalaises vers 8h30 09h00. On marchait 30 minutes au milieu des maisons Népalaises, des vaches et des montagnes pour arriver dans une salle de classe réservée par notre organisme. Là, on effectuait 2h de leçon d’anglais en « one to one », c’est-à-dire juste nous et notre « élève ». Le midi nous mangions dans le petit bouiboui d’à côté, qui ne payait pas de mine mais qui était délicieux ! Et l’après-midi, nous avions 1h30 de cours collectif tous ensemble.

Le soir, on mangeait… très tôt ! À 18h, le repas était servi ! La soirée était libre, mais nous allions souvent prendre un dessert ou un verre en ville tous ensemble. 😊

Les missions d'un volontaire au Népal

Les cours se préparaient la veille. On choisissait un thème tous ensemble pour le cours collectif et on se divisait le travail : exercice de lecture en rapport avec le thème choisi, de grammaire etc. Je préparais mes cours en one to one en fin d’après midi pour le lendemain aussi. La préparation de mes cours me demandait environ 1h30 à 2h chaque soir.  Ça me demandait beaucoup de temps car l’anglais n’est pas ma langue principale. Heureusement nous avions accès à beaucoup de manuels pour nous aider. J’utilisais aussi ma tablette qui me permettait de faire des recherches sur internet.

Lorsque je doutais, je demandais à ma référente de mission de m’aider, ainsi qu’aux autres volontaires. Il y avait une belle entraide entre nous.

J’ai aussi demandé à Nilam ce qu’elle souhaitait travailler pour axer mes cours sur ses besoins. Par exemple, elle souhaitait devenir femme de ménage, alors nous avons appris le vocabulaire du ménage grâce à un livre illustré. Nous avons aussi joué des jeux de rôle, lu des livres en rapport avec ce sujet…

Quelques mots au sujet du Népal …

Ce pays est tellement rempli de richesse. Malheureusement, je n’ai pu visité seulement une partie car les temps de trajets sont très longs en bus. Tout ce que j’ai vu est magnifique.

Je dirais quand même que le petit plus a été le trek des Annapurnas que j’ai fait après le volontariat : mes yeux s’en souviennent encore…

Que retiens-tu de cette aventure au Népal ?

Ça a été une expérience unique et magique. J’ai découvert un autre monde, loin de notre quotidien, une réalité toute autre. J’ai énormément appris sur moi et sur les autres et j’en suis sortie grandie.

La plus-value ?

Je dirais la joie de vivre, l’authenticité et la simplicité des Népalais 😊 et les momos (plat typique Népalais) !!

Un conseil à donner à quelqu’un qui veut se rendre au Népal

D’y aller avec l’esprit ouvert. De ne pas passer son temps à faire des comparaisons entre nos habitudes et la vie en Asie. Selon moi, on a beaucoup de choses à apprendre du mode de vie qui existe en Asie : bienveillance, patience, entraide…. Je conseillerai d’aller parler aux gens, d’être curieux, de se balader et de faire des treks. La nature est sublime au Népal.

De vivre tout simplement chaque instant à 200% 😊.

Un conseil pour quelqu’un qui veut effectuer un volontariat à l’étranger

De bien se renseigner en amont sur l’organisation et vérifier qu’elle soit sérieuse et bénéfique.

Quelques bonnes adresses à Pokhara

  • Pour un bon café, smoothie bowl et fondant au chocolat avec une vue imprenable sur le fameux lac de Pokhara : OR2K (Magali pourra vous en parler d’elle-même 😉)
  • Pour un film en plein air au milieu de la forêt : Movie garden
  • Pour un petit restaurant typique et délicieux : Shanti restaurant
  • Pour une auberge de jeunesse sympa, propre avec un beau jardin : Gaurishankar Backpackers hostel ou le kiwi backpacker hostel 

Article et photos : Jade

Jade, originaire de Lyon et passionnée de voyage

Se faire accompagner pour son retour en France, c’est possible !

 

Tu as des questions concernant le retour en France ou la recherche d’emploi, je t’invite à me contacter pour me parler de ta situation et convenir d’un accompagnement personnalisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *